Chélidoine

Classification : Angiospermes,
Dicotylédones
Famille : Papavéracées
Nom latin : Papaveraceae

Nom latin : Chelidonium majus

Caractéristiques

Appelée aussi Grande Éclaire, la Grande Chélidoine, Herbe aux verrues, Herbe à verrues, la Chélidoine est une plante vivace, à suc jaune, à odeur vireuse, seule espèce du genre Chelidonium.
Ethymologie de Chelidonium majus, « grande hirondelle » en latin. Sa floraison coïncide avec l'arrivée de ces migrateurs. Elle est considérée comme un indicateur d'azote.
Cette espèce est très variable, en particulier dans la forme des feuilles et dans leur division. On a décrit plus de 20 variétés.
La chélidoine a traditionnellement été utilisée pour guérir de nombreuses maladies (foie, rhumatismes...). Le suc (latex) qui s'échappe quand on casse la tige de la chélidoine a la réputation de faire disparaître les verrues et les cors, d'où son surnom de « plante à verrues ». Le suc de la plante contient plusieurs alcaloïdes toxiques.
Tige de 30 - 80 cm, dressée, rameuse, fragile, velue.
Feuilles pennatiséquées molles, à 5-7 segments ovales, incisés-lobés, glauques en dessous. Les inférieures pétiolées, celles du sommet sessiles.
Fleurs jaunes, petites, presque en ombelle, à longs pédoncules inégaux.
Sépales jaunâtres.
Quatre pétales roulés régulièrement dans le bouton.
Nombreuses étamines de la même couleur que les pétales.
Style très court.
2 stigmates obliques.
Inflorescence : racème simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Mai - Septembre.
Après fécondation l'ovaire se transforme en capsule linéaire qui peut atteindre 5 cm de long et qui ressemble beaucoup à une gousse, aussi appelée une silique. Glabre, à 1 loge, à 2 valves s'ouvrant de bas en haut.
Graines petites et noires sur 2 rangs. Elles possèdent un élaïosome qui attire les fourmis pour disperser les graines. Dissémination : myrmécochore.
Vieux murs, haies, décombres, bord des chemins, dans presque toute la France. Europe ; Asie ; Afrique et Amérique septentrionales.