Famille des Orchidacées

Nom latin : Orchidaceae

Caractéristiques communes : Le nom Orchidée vient du grec orchis qui signifie testicule en référence à la forme des tubercules souterrains de certaines orchidées terrestres des régions tempérées. Suivant les auteurs, le nombre d'espèces botaniques dans cette famille varie de 25 000 à 30 000. Ces chiffres en font l'une des plus importantes familles de plantes à fleurs, qui a pratiquement colonisé tous les milieux, à l'exception des déserts et des cours d'eau. Selon les dernières données scientifiques, obtenues grâce au pollen d'une orchidée éteinte retrouvé dans de l'ambre, cette famille est âgée de 75 à 86 millions d'années.

Caractéristiques courantes : Ce sont des plantes herbacées, de type divers, autotrophes ou saprophytes, à feuilles réduites à des écailles ou développées, terrestres ou épiphytes, pérennes, rhizomateuses ou tubéreuses, des régions froides à tropicales. La symbiose, qu'elle soit de type autotrophique , saprophytique voire parasitique, se fait avec un champignon microscopique qui lui permet de pallier à la fois l'absence de toute réserve dans la graine, et l'absence de radicelles au niveau des racines. La croissance des orchidées est soit sympodiale (rhizome émettant des pousses dans plusieurs directions), soit monopodiale (une seule pousse). Beaucoup d'orchidées tropicales sont épiphytes, adaptées à l'ombre régnant dans la forêt tropicale. Elles présentent des tiges épaissies à leur base en pseudobulbes avec des racines présentant souvent un vélamen (voile de radicelles capable de capter l'humidité atmosphérique). Epiphytes ou terrestres, les orchidées sont adaptées à des milieux difficiles, que bien souvent la symbiose avec des champignons permet d'exploiter. Cette spécificité leur permet de coloniser des milieux relativement peu occupés par d'autres espèces. Plantes à pollinisation entomophile, une grande partie d'entre elles montrent des relations de dépendance étroite avec des insectes pollinisateurs spécifiques allant jusqu'à des stratégies de leurres visuels, olfactifs et sexuels. Ces relations spécialisées en font des espèces particulièrement menacées en cas de perturbations brutales de leurs conditions environnementales. Les semences des orchidées sont de très petites tailles et sont produites en très grand nombre, de cette façon elles peuvent être facilement transportées par le vent. En fait, leurs semences sont si petites qu'elles ne possèdent pas les réserves nutritives suffisantes pour engendrer la germination. Des sucres doivent être fournis par un champignon symbiotique afin de permettre au germe de se développer en protocorme puis en plantule.

Fleur Caractéristiques
Acéras homme-pendu
(Orchis anthropophora)
Appelée aussi Homme-pendu, Orchis homme-pendu, l’Acéras homme-pendu (Orchis anthropophora, syn. Aceras anthropophorum) est une orchidée vivace de 10-40 cm, glabre, à 2 bulbes arrondis terrestre européenne. C'est la seule représentante du genre Aceras, nom donné car la fleur est dépourvue d'éperon.
Son nom provient de la forme de la fleur qui évoque un petit bonhomme pendu; le corps étant formé par les lobes du labelle et la tête par la connivence des 3 sépales et des 2 pétales supérieurs.
Feuilles nombreuses, oblongues, d'abord dressées.
Ses inflorescences allongées portent jusqu'à une cinquantaine de fleurs jaunes verdâtres sans éperon, nectarifères. La couleur du casque diffère de celle du labelle et les variations de couleur du casque et du labelle vont du jaune verdâtre, fréquent, jusqu'au brun-rougeâtre.
Fleurs d'un vert jaunâtre bordées de rouge, nombreuses, en épi long, étroit, assez serré.
Bractées un peu plus courtes que l'ovaire contourné.
Périanthe à divisions toutes conniventes en casque, les 2 intérieures bien plus petites.
Labelle sans éperon, pendant, plus long que l'ovaire, plan, glabre, fendu en 3 lobes linéaires presque parallèles, le moyen plus long, bifide avec ou sans pointe dans l'échancrure, imitant un homme pendu.
Gynostème sans bec.
2 masses polliniques compactes, à caudicules courts.
Rétinacles soudés en un seul renfermé dans une bursicule uniloculaire.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Avril - Juin.
Fruit : capsule. Dissémination : anémochore.
Ce sont des plantes de pleine lumière à mi-ombre sur substrats calcaires sec à frais, souvent talus, bords de route, pelouses et coteaux calcaires, dans une grande partie de la France ; Corse. Europe centrale et méridionale. Afrique septentrionale.
Céphalanthère à longues feuilles
(Cephalanthera longifolia)
Appelée aussi Céphalanthère à feuilles en épée, Céphalanthère à feuilles étroites, Céphalanthère à feuilles étroites, la Céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia (L.) Fritsch 1888) est une plante vivace à rhizome, de 20 - 60 cm, entièrement glabre, à fibres radicales filiformes du genre Cephalanthera.
Étymologie : Son nom vient du grec képhalé: tête, et anthêra: anthère; ce qui signifie: anthères arrondies.
Elle pousse souvent en touffes, mesure de 20 à 50 cm. Confusion possible avec Céphalanthère de Damas dont les fleurs sont moins blanches et les feuilles plus larges.
Feuilles distiques, rapprochées, longuement lancéolées, 3-5 fois plus longues que les entrenœuds.
Fleurs odorantes d'un blanc pur, assez grandes ne s'ouvrant guère et sans éperon, 6-18 en épi lâche.
Bractées très petites, membraneuses, bien plus courtes que l'ovaire, sauf parfois 1-2 à la base foliacées.
Divisions extérieures lancéolées-aiguës, dépassant le labelle, les intérieures elliptiques-obtuses.
Labelle taché de jaune au sommet, à languette plus large que longue, triangulaire-obtuse, marquée de 5 crêtes en dessus.
Ovaire glabre.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Avril – Mai.
Fruit : capsule. Dissémination : anémochore.
Bois secs et coteaux pierreux, dans presque toute la France et en Corse. Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale. Espèce de demi-ombre en stations chaudes.
Céphalanthère de Damas
(Cephalanthera damasonium)
Appelée aussi Céphalanthère blanche, la céphalanthère de Damas (Cephalanthera damasonium) est une plante vivace de 20 - 60 cm, glabre du genre Cephalanthera.
Confusion possible avec Cephalanthera longifolia dont les fleurs sont plus blanches et plus petites.
Feuilles non distiques, écartées, ovales ou ovales-lancéolées, au plus 2 fois plus longues que les entre-nœuds.
Fleurs odorantes d'un blanc jaunâtre, grandes, 3-12 en épi très lâche, ne s'ouvrant guère et sans éperon.
Bractées foliacées, dépassant l'ovaire et les inférieures la fleur.
Divisions du périanthe toutes oblongues-obtuses, dépassant le labelle.
Labelle d'un jaune orangé en dedans, à languette plus large que longue, ovale en cœur et obtuse, marquée en dessus de 3-5 crêtes parallèles.
Ovaire glabre.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : autogame.
Floraison : Mai - Juin.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Bois calcaires, dans presque toute la France. Europe centrale et méridionale ; Asie Mineure, Caucase ; Algérie.
Plante d'ombre, sous-bois frais sur substrats calcaires.
Epipactis
(Epipactis)
Goodyère rampante
(Goodyera repens)
Appelée aussi Goodyéra rampante, la Goodyère rampante est une plante vivace rhizomateuse de 10 - 30 cm, à souche grêle rameuse et à stolons, aux feuilles basales très réticulées, en rosette lâche pubescente dans le haut du genre Goodyera.
Feuilles inférieures étalées, ovales-subaiguës, pétiolées, nervées en réseau, les caulinaires linéaires appliquées.
Fleurs blanches à odeur désagréable, petites, en épi spirale unilatéral serrée, pubescent-glanduleux.
Bractées dépassant l'ovaire.
Périanthe presque en angle droit avec l'ovaire, à divisions conniventes, les 2 latérales un peu étalées.
Labelle court, sans éperon, fortement concave-gibbeux à la base, à languette recourbée canaliculée.
Anthère libre, persistante, apiculée.
2 pollinies pulvérulentes, réunies par un rétinacle commun.
Ovaire subsessile, non tordu.
Type d'inflorescence: épi simple spiralé.
Répartition des sexes: hermaphrodite.
Type de pollinisation: entomogame.
Période de floraison: Juillet - Septembre.
Type de fruit: capsule, dissémination anémochore.
Bois des montagnes de l'Est, du Centre, du Midi, et cà et là dans les plaines du Centre jusqu'à Paris. Europe ; Asie tempérée ; Amérique boréale.
Limodore à feuilles avortées
(Limodorum abortivum)
Appelée aussi Limodore sans feuilles, la Limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum) est une plante vivace de 30 - 80 cm, glabre, d'un violet livide, à fibres radicales profondes, nombreuses, épaisses du genre Limodorum.
Elle est de genre saprophyte comme la Néottie nid d'oiseau, autre Orchidaceae vivant sans chlorophylle.
Tige robuste, sans feuilles, munie d'écailles engaînantes.
Fleurs violettes à stries plus foncées, grandes, dressées, en épi long et lâche ne s'ouvrant guère.
Bractées grandes, égalant ou dépassant l'ovaire.
Périanthe ouvert, à divisions conniventes, lancéolées, les 2 intérieures plus petites.
Labelle un peu plus court que les divisions, dirigé en avant, subarticulé, rétréci vers la base, à languette oblongue ou ovoïde concave, crénelée, à éperon en alène, dirigé en bas, aussi long que l'ovaire.
Anthère libre, mobile, persistante.
2 pollinies pulvérulentes, indivises, sessiles, réunies par un rétinacle commun.
Ovaire non contourné.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Mai – juillet. Sporadique (peut passer plusieurs années sans se manifester).
Fruit : capsule. Dissémination : anémochore.
Clairières des bois montueux, parasite sur les racines des arbres, dans presque toute la France et en Corse. Europe centrale et méridionale ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Plante de mi-ombre, sur substrat frais, de préférence calcaire, broussailles et pré-bois thermophiles.
Listère ovale
(Listera ovata)
La listère à feuilles ovales (Listera ovata) est une plante vivace, de 20-60 cm., pubescente dans le haut, à fibres radicales nombreuses et allongées, à racines nombreuses, dressée, entièrement verte du genre Listera.
Tige raide, élancée, munie au-dessous du milieu de 2 feuilles grandes, étalées, sessiles, ovales-arrondies, mucronulées, à 7-9 nervures saillantes.
Fleurs d'un vert jaunâtre, assez petites, dressées, nombreuses, en longue grappe spiciforme lâche Le labelle est oblong, à lobes presque parallèles, linéaires-obtus portant à la base une cupule nectarifère. Son extrémité est profondément bifide. Il n'y a pas d'éperon.
Bractées plus courtes que le pédicelle.
Périanthe à divisions extérieures conniventes, ovales, les 2 intérieures linéaires.
Floraison mai à juillet.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Bois et prés ombragés ou humides, pelouses et broussailles, dans toute la France et en Corse. Europe, Asie occidentale et boréale Amérique septentrionale.
Neottie nid d'oiseaux
(Neottia nidus-avis)
La néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) est une plante herbacée vivace du genre Neottia. Elle est géophyte grâce à ses rhizomes mais elle est dépourvue de chlorophylle.
Sa taille peut varier de 15 à 40 cm. Elle de couleur brun jaunâtre, glabrescente, ayant l'aspect d'un Orobanche, à fibres radicales en masse compacte arrondie figurant un nid d'oiseau latéral au pied de la tige. Tige robuste, sans feuilles, munie d'écailles engaînantes.
Ses fleurs, roussâtres, ascendantes, nombreuses sont disposées en épi. Les feuilles sont brunes et transformées en écailles engainantes le long de la tige. La tige desséchée avec les capsules vides persiste d'une année sur l'autre. Sur l'appareil végétatif, en partie souterrain, la disposition et l'enchevêtrement des racines font penser aux brindilles d'un nid d'oiseau. La comparaison est attribuée au médecin et botaniste Jacques Daléchamps en 1586.
Bractées de moitié plus courtes que l'ovaire.
Périanthe un peu ouvert, à divisions conniventes, toutes obovales, presque égales.
Labelle 2 fois plus long que les divisions, dirigé en avant, sans éperon, très concave à la base et gibbeux en dessous, à sommet divisé en 2 lobes divergents crénelés.
Anthère libre, mobile persistante ; ovaire non contourné.
La floraison s'étale de mai à juillet. Elle peut se faire sous terre. La pollinisation est assurée par les insectes, en particulier des coléoptères et des thysanoures. L'autofécondation peut avoir lieu à défaut de visite d'insecte : les pollinies s'enflent, puis s'effritent et le pollen se dépose sur le stigmate.
La néottie nid d'oiseau est souvent considérée à tort comme un parasite car elle est dépourvue de chlorophylle et est incapable de réaliser la photosynthèse. Comme la plupart des orchidées, la néottie a développé des caractéristiques la rendant extrêmement économe en ressources : les besoins en eau et en azote sont nettement réduits par rapport aux plantes vertes, la chlorophylle étant grande consommatrice. Elle s'associe à un champignon qui vit en symbiose avec un feuillu. L'énergie de l'arbre lui est transmise par le champignon : il s'agit d'une mycorhize.
Neottia, Limodorum, Corallorhiza, Epipogium et Monotropa seraient les seuls genres saprophytes des pays tempérés. On ne peut cependant pas les considérer comme des saprophytes au sens strict, mais plutôt comme hétérotrophes car c'est le champignon qui fournit la matière organique qui les nourrit.
Les racines sont colonisées par les hyphes du champignon, mais contrairement aux autres Orchidaceae il s’agit de champignons ectomycorhiziens, de la famille des Sebacinaceae, habituellement associés aux arbres. La matière organique (sucres…) utilisée par la Néottie provient de ces champignons. Elle a été produite par l’arbre auquel ces derniers sont inféodés.
« Il y a un volé (l'arbre), un voleur (le champignon) et un receleur (l'orchidée) ». Cependant le premier et le dernier reçoivent l'eau et les ions minéraux du champignon. La néottie est dite mycohétérotrophe.
« En forêt de Fontainebleau, Noël Bernard découvrit en 1899 le rôle déterminant joué lors de la germination des graines par des filaments mycéliens présents à l'intérieur des racines de Néottia. Plus tard on observa que ce phénomène était général chez toutes les orchidées, dont les graines minuscules ne peuvent germer que si elles sont aidées dans cette tâche par les filaments du champignon qui leur servent de pseudo-racines et aspirent dans le sol les éléments nutritifs dont elles ont besoin. Un équilibre s'instaure alors entre le champignon et la racine de la plante herbacée; équilibre toujours fragile. C'est en sécrétant des substances chimiques particulières : l'orchinol et l'hircynol, que les racines tubérisées des plantes adultes maintiennent le champignon à leur périphérie et lui interdisent de pénétrer trop en avant dans leur tissu. ».
C'est une espèce d'ombre. Elle est mésophile et apprécie des sols riches au pH basique à neutre. Ses biotopes préférés sont les hêtraies, chênaies ou pineraies.
On la retrouve à l'étage collinéen et montagnard (jusqu'à 1500 m d'altitude) sur le contient eurasiatique.
Bois ombragés, parasite sur les racines des arbres, dans presque toute la France et en Corse. Europe ; Asie occidentale.
Assez commune à assez rare dans presque toute la France. On la retrouve un peu en Belgique. Elle est considérée comme totalement absente des départements du Morbihan, de la Loire-Atlantique, du Pas-de-Calais et de Paris-même. Sa présence en Finistère est incertaine. Elle est présente ailleurs dans le pays mais peut être rare par endroit.
Nigritelle noire
(Nigritella nigra)
La nigritelle noire,(Nigritella rhellicani ou Nigritella nigra), également appelée Orchis vanille, Nigritelle noirâtre, Nigritelle de Rellikon, Nigritelle de Rhellicanus... est une petite orchidée du genre Nigritella.
Plante herbacée vivace de 10-25 cm., glabre, à tubercules palmés.
Feuilles nombreuses, linéaires-aiguës, carénées.
Périanthe à divisions toutes à peu près égales, étalées, lancéolées.
Fleurs pourpre noirâtre, rarement roses, odorantes, petites, nombreuses, en épi ovoïde-conique serré.
Bractées trinervées, égalant environ les fleurs.
Labelle ovale-lancéolé, dirigé en haut, égalant les divisions, un peu concave à la base, à éperon obtus, 4-5 fois plus court que l'ovaire ovoïde-subtrigone non contourné.
Anthère à loges parallèles, masses polliniques compactes à 2 rétinacles distincts presque nus.
Floraison en juillet - aout.
Elle dégage une odeur de vanille d'où son appellation d'Orchis vanille.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : capsule, dissémination : anémochore.
La nigritelle noire pousse dans les alpages et prairies de montagne entre 1500 et 2500 m d'altitude. Jura, Alpes, Cévennes et Auvergne, Pyrénées. Europe presque toute.
Ophrys araignée précoce
(Ophrys araneola)
Appelée aussi Ophrys litigieux, Ophrys petite Araignée l'Ophrys araignée précoce est une plante vivace de 10-35 cm à tubercules globuleux ou ovales du genre Ophrys.
C'est une plante caractérisée par des feuilles vert-bleu à aspect réticulé en rosette basale.
Les bractées inférieures dépassent les fleurs.
Inflorescence de 4 à 10 petites fleurs aux sépales vert blanchâtre, aux pétales un peu plus jaune.
Labelle brun rougeâtre pratiquement entier, à pillosité marginale claire et bordure généralement jaune, marqué vers le centre de 2-4 raies symétriques glabres et bleuâtres, muni ou non à la base de 2 gibbosités peu saillantes.
Le labelle présente une macule centrale gris bleu généralement en forme de H.
Gynostème à bec court, droit, obtus.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : capsule, dissémination anémochore.
C'est une espèce de pleine lumière à mi-ombre sur substrat calcaire des pelouses, garrigues, bois clairs. C'est une espèce précoce (la plus précoce suivie par Orchis morio et Orchis pallens dans les collines de l'est de la France) avec une floraison début avril.
Lieux secs et herbeux, surtout calcaires, dans presque toute la France et en Corse. Europe centrale et méridionale ; Algérie.
Ophrys mouche
(Ophrys insectifera)
L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera) est une plante vivace de 20-50 cm, élancée, glabrescente, à tubercules globuleux ou ovoïdes du genre Ophrys, qui doit son nom à l'apparence de sa fleur (qui ressemble à une mouche sombre). Insectifera : du latin insecta (insectes) et fero (je porte) .
Feuilles oblongues.
Bractées dépassant l'ovaire.
Fleurs 2-8, petites, espacées, en long épi grêle.
Divisions extérieures verdâtres avec nervure verte plus foncée, oblongues, étalées en croix, les 2 intérieures linéaires-filiformes, brun pourpre, veloutées.
Labelle plus long que les divisions extérieures, obovale-oblong, brun pourpre velouté, marqué au centre d'une tache bleuâtre glabre presque carrée, trilobé vers le milieu, les lobes latéraux, oblongs-étroits, le moyen grand bilobé.
Gynostème obtus, sans bec.
Loges polliniques rougeâtres.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Avril - Juillet.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Lieux herbeux ou boisés, dans une grande partie de la France. Europe, surtout centrale.
Cette espèce se rencontre en pleine lumière ou à mi-ombre, sur sols surtout calcaires, dans les pelouses, les bois clairs.
Ophys abeille
(Ophrys apifera)
L'Ophrys abeille (Ophrys apifera) est une plante vivace de 20 - 30 cm, glabre, à tubercules subglobuleux du genre Ophrys. Étymologie : Ophrus signifie sourcil. Apifera : du latin apis (abeille) et fero (je porte).
Les 3 tépales externes sont aussi larges que le label (contrairement à holosericea).
Contrairement à ce qu'indique son nom, l'Ophrys apifera est pollinisée par l'Eucère à longues antennes, et non par l'abeille domestique. Le labelle se comporte comme un leurre, que l'eucère mâle confond avec une femelle. Le transfert de pollen se produit pendant la pseudocopulation qui s'ensuit.
Certaines chrysomèles peuvent également se prendre au piège, des cas d'Exosoma lusitanicum en pseudocopulation avec celui-ci ont été rapportés.
Si la fécondation croisée n'a pas eu lieu, l'Ophrys apifera a recours à l'autofécondation. On peut observer un basculement précoce des pollinies sur le stigmate. Cette particularité provoque des variations locales nombreuses dont on a parfois voulu faire des espèces nouvelles.
Feuilles oblongues.
Bractées dépassant l'ovaire.
Fleurs 3-10, en épi long et lâche.
Divisions extérieures roses ou blanches, ovales-oblongues, étalées, les 2 intérieures courtes, lancéolées subtriangulaires, rose verdâtre veloutées.
Labelle plus court que les divisions extérieures, suborbiculaire, brun pourpre velouté, marqué d'une tache et de lignes glabres, trilobé à la base, les 2 lobes latéraux verticaux et coniques, le moyen grand subglobuleux, trilobé au sommet, à appendice replié en dessous.
Gynostème à bec long et flexueux.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : autogame.
Floraison : Mai - Juillet.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Lieu herbeux ou boisés, dans toute la France et en Corse. Europe centrale et méridionale, Afrique septentrionale.
Cette espèce se rencontre en pleine lumière ou à mi-ombre, sur sols surtout calcaires, dans les pelouses, les garrigues, les broussailles, les bois clairs, les prés ras, rocailles, broussailles, talus, dunes au bord des routes également. Elle ne se retrouve pas au-dessus de 1000 mètres d'altitude.
Ophys bourdon
(Ophrys holosericea)
L'Ophrys bourdon ou Ophrys frelon (Ophrys fuciflora) est une plante vivace de 10 - 35 cm, glabre, à tubercules subglobuleux.
Les 3 tépales externes sont beaucoup plus petits que le label (contrairement à apifera).
Feuilles oblongues.
Bractées dépassant l'ovaire.
Fleurs 2-7, en épi lâche.
Les sépales peuvent être roses, pourpres ou blanchâtres.
Divisions extérieures roses, ovales-oblongues, étalées, les 2 intérieures 2-3 fois plus courtes, triangulaires, rosées, poilues.
Labelle plus long que les divisions extérieures, obovale-suborbiculaire, convexe, brun pourpre velouté avec lignes symétriques, muni à la base de 2 gibbosités coniques, entier, tronqué et un peu élargi au sommet, terminé par un appendice courbé en dessus.
Gynostème à bec court.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame. La pollinisation est réalisée grâce aux abeilles mâles du genre Eucera.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Couleur dominante des fleurs : marron.
Floraison : Avril - Juin.
Lieux herbeux ou boisés, dans presque toute la France et en Corse. Europe centrale et méridionale ; Asie Mineure, Syrie.
Orchis à feuilles larges
(Dactylorhiza majalis)
Appelée aussi Dactylorhize de mai. C'est une espèce de plantes de 20 à 40 cm de haut, à tige creuse, à feuilles presque toujours maculées de violet, oblongues lancéolées, les supérieures bractéiformes. L'inflorescence est dense avec des bractées dépassant souvent les fleurs. Les fleurs sont pourpres, rarement lilas clair. Les sépales latéraux sont écartés, le sépale supérieur et les deux pétales latéraux forment un casque. Le labelle est trilobé, au centre plus clair, maculé de dessins violets. l'éperon est plutôt descendant un peu moins long que l'ovaire.
Orchis brulée
(Neotinea ustulata)
Appelée aussi Orchis mignon, l'Orchis brûlé (Neotinea ustulata) est une plante vivace de 10 - 30 cm, glabre, à tubercules ovoïdes entiers du genre Neotinea, longtemps classée parmi le genre Orchis.
Feuilles oblongues, vertes, feuilles basales oblongues lancéolées en rosette, les suivantes engainantes et les supérieures bractéiformes.
La fleur est odorante et son principal pollinisateur est une mouche.
Fleurs d'un pourpre noirâtre et comme brûlées au sommet, petites, à odeur agréable, en épi d'abord ovoïde-conique serré.
Bractées rougeâtres, plus courtes que l'ovaire.
Divisions du périanthe conniventes en casque globuleux, ovales, libres jusqu'à la base.
L'inflorescence est un épi dense de nombreuses fleurs aux sépales et pétales en casque rose clair à l'intérieur et brun noirâtre à l'extérieur. Le labelle est trilobé, blanc avec des macules pourpres.
Dès que les fleurs sont fécondées, l'épi floral s'allonge et l'extérieur des fleurs devient plus clair. C'est donc le sommet de l'épi qui présente cette couleur pain brûlé caractéristique.
Labelle plus long que le casque, trilobé, ponctué de pourpre, à lobes latéraux étalés, le moyen un peu plus grand et bifide.
Eperon de 1 - 2 mm, 4-5 fois plus court que l'ovaire.
Rétinacles libres, bursicule à 2 loges.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Avril - Juillet.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Prairies et pâturages, dans presque toute la France. Europe, surtout centrale ; Caucase et Oural.
C'est une plante de pleine lumière, assez indifférente quant au substrat, des pelouses, alpages, bords des marais, jusqu'à 2400 m d'altitude.
Orchis globuleux
(Traunsteinera globosa)
L’Orchis globuleux est une plante vivace de 25 - 50 cm, glabre, à tubercules oblongs, parfois incisés du genre Traunsteinera.
Tige élancée, écailleuse à la base, portant 3-6 feuilles oblongues longuement engaînantes glauques.
Fleurs violet clair ou lilas, petites, nombreuses, en épi subglobuleux très serré.
Bractées dépassant un peu l'ovaire.
Divisions extérieures d'abord presque conniventes, puis étalées, longuement cuspidées à pointe spatulée.
Labelle ascendant, étalé, trilobé, à lobe moyen un peu plus grand tronqué-émarginé ou mucroné.
Éperon dirigé en bas, grêle, cylindracé, égalant environ la moitié de l'ovaire.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Juin - Août.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Pâturages des hautes montagnes ; Vosges ; Jura ; Alpes ; Hautes-Cévennes et Auvergne ; Pyrénées. Europe centrale et méridionale ; Caucase.
Orchis grenouille
(Coeloglossum viride)
Appelé aussi Orchis vert, l’Orchis-grenouille est une plante vivace de 10 - 36 cm, glabre, à tubercules lobés au sommet et palmés du genre Coeloglossum.
Feuilles ovales ou oblongues, vertes ; fleurs verdâtres, assez petites, à odeur de prune, en épi un peu lâche.
Bractées lancéolées, dépassant les fleurs ou l'ovaire.
Divisions du périanthe ovales-obtuses, toutes conniventes en casque subglobuleux.
Labelle pendant, 1-2 fois plus long que le casque, divisé au sommet en 3 lobes, le moyen en forme de dent très courte.
Éperon en sac, 4-5 fois plus court que l'ovaire.
Rétinacles libres, sans bursicule.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Mai - Août.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Prés et pâturages, dans une grande partie de la France ; nul dans la région méditerranéenne. Europe ; Asie occidentale et boréale ; Amérique septentrionale.
Orchis mâle
(Orchis mascula)
L'orchis mâle est une plante vivace de 15-30 cm. glabre, à tubercules ovoïdes entiers, du genre Orchis.
Les feuilles basales en rosette, sont étalées, oblongues et étroites, souvent tachées de brun-pourpre.
L'inflorescence est un épi allongé de fleurs pourpres, parfois roses. Les fleurs apparaissent à l'aisselle de bractées aussi longues que l'ovaire.
Les sépales latéraux sont écartés vers l'extérieur alors que le sépale supérieur et les deux pétales latéraux sont ramenés en casque au-dessus du labelle trilobé, formant grossièrement un losange, au centre plus clair et tacheté.
L'éperon cylindrique en massue est dressé et aussi long que l'ovaire.
Floraison, espèce précoce : avril-juin suivant l'altitude.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : capsule, dissémination anémochore.
Plante de pleine lumière à mi-ombre : bordure des haies, broussailles, lisières dans toute la France et en Corse. Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Orchis moucheron
(Gymnadenia conopsea)
Appelée aussi Gymnadénie moucheron, Orchis moucheron est une plante du genre Gymnadenia élancée à feuilles dressées. Inflorescence dense cylindrique de 20 à 80 petites fleurs lilas ou violacées, parfois plus claires, parfumées au crépuscule, à éperon nectarifère arqué vers le bas.
Les fleurs sont prolongées par un long éperon horizontal au départ puis courbé ensuite. Les trois labelles sont de même longueur ce qui le différencie de Gymnadenia odoratissima.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : mai à juillet.
Fruit : capsule, dissémination anémochore.
Plante de pleine lumière, sur substrat surtout calcaire, sec à détrempé, pelouses, prairies, suintements humides. Eurasiatique des régions boréale à tempérée, montagnarde au Sud. Espèce fréquente.
Orchis pourpre
(Orchis purpurea)
L'Orchis pourpre (Orchis purpurea) est une plante vivace de 30 - 80 cm, glabre, robuste, à gros tubercules ovoïdes entiers du genre Orchis.
Feuilles ovales-oblongues au sommet d'une longue tige, vertes pouvant atteindre 15 cm de long, en rosette à la base de la plante.
Nombreuses fleurs d'un pourpre foncé ponctué de rouge au bout d’une longue tige, assez grandes, en gros épi ovale ou oblong.
Bractées bien plus courtes que l'ovaire.
Divisions du périanthe conniventes en casque courtement ovoïde-aigu, soudées intérieurement.
Labelle tripartit, à lobes latéraux linéaires-oblongs, rapprochés du moyen, celui-ci grand, dilaté de la base au sommet, à 2 lobules peu ou point divergents, crénelés, 4-6 fois plus larges que les lobes latéraux évoquant plus ou moins les bras et la robe d'une femme.
Le casque de la fleur rouge-brun, contraste avec le labelle clair mais ponctué de pourpre.
Éperon 1-2 fois plus court que l'ovaire.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Avril - Juin.
Fruit : capsule. Dissémination : anémochore.
Bois et coteaux calcaires, dans presque toute la France et en Corse. Europe centrale et méridionale ; Asie Mineure, Caucase.
Elle pousse sur les pelouses calciformes ensoleillées mais se rencontre aussi dans les les bois clairs où l'épi floral par manque de soleil s'allonge et deviens plus lâche.
Orchis singe
(Orchis simia)
L'orchis singe (Orchis simia) est une plante herbacée pérenne du genre Orchis.
Cette orchidée voisine de l'orchis guerrier est reconnaissable à sa floraison inversée. Les fleurs du sommet de l'inflorescence s'ouvrent en effet avant celles de la base.
Plante vivace de 20-30 cm., glabre, à tubercules ovoïdes entiers.
Feuilles oblongues, vertes.
Fleurs blanc rosé ou cendré, ponctuées de pourpre, en épi courtement ovale serré.
Bractées bien plus courtes que l'ovaire.
Divisions du périanthe conniventes en casque ovoïde-acuminé, soudées intérieurement.
Labelle tripartit, à lobe moyen divisé en 2 lobules aussi étroits et à peu près aussi longs que les lobes latéraux, tous les lobes linéaires-étroits, entiers, recourbés en avant, imitant un singe.
Éperon de moitié plus court que l'ovaire.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison de la mi-avril à juin (rarement début juillet).
Fruit : capsule, dissémination anémochore.
En terrain calcaire, sec en pleine lumière ou sous léger ombrage en zones de pelouses, de bois clairs, de garrigues sur sols rocailleux. Europe centrale et région méditerranéenne.
Orchis sureau
(Dactylorhiza sambucina)
L'Orchis sureau (Dactylorhiza sambucina) est une espèce de plantes herbacées vivace à tubercules incisés-lobés haute de 10 à 30 cm. du genre Dactylorhiza.
Tige unique, un peu épaisse, creuse, feuillée jusqu'au sommet.
Feuilles ovales assez larges, atténuées à la base, vernissées, de couleur vert pâle réparties sur toute la tige.
Fleurs jaunâtres ou purpurines à gorge jaune, ponctuées de pourpre, assez grandes, (les deux variantes cohabitent très souvent) à légère odeur de sureau en épi ovale assez serré.
Bractées (vertes ou rougeâtres) forment un épi terminal assez dense nervées en réseau, les inférieures dépassant les fleurs.
Labelle convexe, suborbiculaire, obscurément trilobé, crénelé ; eperon gros, dirigé en bas, cylindracé-conique, égalant ou dépassant l'ovaire.
Floraison Avril-Mai.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : capsule, dissémination anémochore.
Aire de répartition
Prés et pâturages montagneux, dans une grande partie de la France, très rare dans l'Ouest et la région médiiterranéenne. Presque toute l'Europe.
Platanthère à feuilles verdâtres
(Platanthera chlorantha)
Appelée aussi Orchis des montagnes, Orchis verdâtre, la Platanthère à fleurs verdâtres est une plante vivace de 20-30 cm, glabre, à tubercules oblongs en fuseau atténués en longue fibre du genre Platanthera.
La Platanthère à fleurs verdâtres se confond facilement avec Platanthère à deux feuilles. Elle s'en distingue par ses loges polliniques écartées (celles de Platanthère à deux feuilles sont parallèles) .
Feuilles 2, rarement 3, à la base de la tige, grandes, ovales ou oblongues, obtuses, pétiolées, vertes.
Fleurs blanches, odorantes, en épi allongé multiflore assez lâche.
Bractées égalant environ l'ovaire.
Divisions latérales extérieures étalées, lancéolées obtuses, la supérieure et les 2 intérieures conniventes.
Labelle pendant, linéaire-obtus, entier.
Éperon presque horizontal, filiforme en alène, arqué, 1 -2 fois plus long que l'ovaire.
Anthère étroite, à loges divergentes à la base.
Bursicule nulle.
Fossette stigmatique à bord épais.
Inflorescence : épi simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Mai - Août.
Fruit : capsule. Dissémination anémochore.
Bois, prés, marais, dans toute la France et en Corse. Europe ; Asie occidentale et boréale.
Sabot de vénus
(Cypripedium calceolus)
Aussi appelée Sabot de la Vierge ou Soulier de Notre-Dame.
Comme toutes les cypripédiacées, cette orchidée du genre Cypripedium possède deux étamines et trois stigmates fertiles.
La tige dressée qui atteint 15 à 60 cm de haut se caractérise par des gaines à la base. La tige simple porte habituellement de trois à cinq feuilles alternes de forme large-ovale dont la nervation parallèle est bien marquée. Les feuilles vert clair qui embrassent la tige pubescente et un peu courbée, sont couvertes de petits poils sur leur partie inférieure.
Le sabot de Vénus développe des fleurs hermaphrodites et zygomorphes. Généralement cette espèce ne produit qu'une seule fleur par individu. Parfois on peut observer des exemplaires qui en portent deux, très rarement quelques-uns à trois fleurs. Les fleurs se forment à l’aisselle de bractées et sont portées par un pédoncule pubescent.
Chaque fleur possède trois sépales et trois pétales. Les sépales, longs de 5 cm sont de forme lancéolée. Leur couleur varie entre brun rouge et brun chocolat. Les deux sépales latéraux sont soudés et pointent vers le bas sous le labelle tandis que le sépale central qui s'étend verticalement vers le haut prend la position opposée. Deux pétales assez étroits et souvent un peu torsés, sont de même couleur et forme que les sépales. Ceux-là sont disposés des deux côtés et entourent — bien écartés tout comme les sépales — le sabot jaune. Celui-ci naît par une transformation du troisième pétale, le labelle. Il est en forme de sabot ventru de couleur jaune paille parsemé de taches brunes, il atteint une longueur de 4 cm . La fleur du sabot de Vénus compte parmi les fleurs les plus grandes de la flore d'Europe occidentale, et possède la fleur la plus grande parmi les orchidées européennes.
Fruit : capsule.
Très rare, seule orchidée de la sous-famille des Cypripedioideae en Europe, elle est protégée.
Floraison de mai à juillet.
Aire de répartition
Europe (France (surtout dans les Alpes, éventuellement Jura, Moselle, Pyrénées), Suisse, Espagne, Italie, Grèce), Amérique du Nord et Asie.