Famille des Amaryllidacées

Nom latin : Amaryllidaceae

Caractéristiques communes : Fleur régulière, ovaire infère fixé sous six tépales, 6 étamines, 1 stygmate.

Caractéristiques courantes : Les alcaloïdes isoquinoléiques sont caractéristiques de la famille.

Fleur Caractéristiques
Jonquille
(Narcissus pseudonarcissus)
Appelée aussi Narcisse jaune, Narcisse trompette, la jonquille (Narcissus pseudonarcissus) est une plante monocotylédone du genre des narcisses. Toutefois la classification APG II les placerait plutôt parmi les Alliacées, dans la sous-famille probable des Amaryllidoideae. Comme pour beaucoup de narcisses, elle est fréquemment appelée « jonquille », nom qui devrait en principe être réservé à Narcissus jonquilla qui pousse en région méditerranéenne.
C’est l’un des narcisses les plus communs en Europe, parmi les narcisses sauvages. Il pousse souvent en colonies importantes, dans les prés et les forêts.
Plante vivace de 20-40 cm., glabre, à bulbe ovoïde gros. Le bulbe est vénéneux. Il est recouvert d'aiguilles d'oxalate qui causent des inflammations douloureuses.
L’odeur est entêtante, même si on ne s’en rend compte qu’après coup.
La tige est assez aplatie, deux angles sont visibles le long de la hampe.
La plante est assez polymorphe. Selon l’éclairement, le terrain, elle aura une touffe de feuilles plus ou moins dense, la fleur sera plus ou moins érigée haut.
Feuilles glaucescentes, largement linéaires-obtuses, presque planes, dressées, aussi longues que la tige comprimée à 2 angles, regroupées par 2, 3, 4 ou 5, toujours à la base de la plante.
Fleur jaune, grande, inodore, solitaire, penchée.
Spathe large, engaînante.
3 pétales et 3 sépales pétaloïdes, soient 6 tépales d’un jaune plus pâle que le tube central. Ceux-ci sont surmontés d’une paracorolle qui prend la forme d’un tube central évasé. Cet entonnoir a le contour dentelé ou lobé. Les 6 tépales sont soudés sur la moitié de leur longueur puis se déploient en étoile autour du tube central.
6 étamines égales, droites, longues.
Style long, mais plus court que la couronne.
La bractée à la base de chaque fleur est de surcroît d’un jaune encore plus pâle.
Périanthe en entonnoir, à tube obconique plus court que la couronne, à divisions oblongues, étalées ou ascendantes.
Inflorescence : fleur solitaire terminale.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : capsule, dissémination barochore.
Floraison mars à mai.
Sa répartition en Europe est très hétérogène : il peut être très commun par endroits et très rare en d'autres. On considère souvent ce narcisse comme commun dans presque toute la France jusqu’à 2 000 m d’altitude. Sa cueillette est pourtant réglementée dans le Doubs, le Jura et la Haute-Saône entre autres. Il est protégé en Mayenne, par exemple, et dans quelques régions d’Allemagne. Une sous-espèce, Narcissus pseudonarcissus nobilis, est protégée en Hongrie.
On rencontre le narcisse jaune autant dans les prairies que les forêts, dans les taillis et les bords des chemins. On le trouve dans les jardins également, après introduction de bulbes sauvages. Il est alors adventice ou peut rester assez longtemps si le terrain est assez humide.
Nivéole de printemps
(Leucojum vernum)
La nivéole de printemps (Leucojum vernum), appelée vulgairement claudinette, est une plante bulbeuse glabre de 15 à 40 cm., qui appartient à la famille des Liliaceae (ou des Amaryllidaceae), genre Leucojum, selon la classification classique. La classification phylogénétique la place dans la famille des Amaryllidaceae - ou optionnellement dans celle des Alliaceae.
La nivéole de printemps ressemble à une perce-neige. Sa fleur est plus grande que celle de Galanthus nivalis et sa tige mesure de 15 à 25 cm.
Bulbe assez gros subglobuleux.
Feuilles 3-4, dressées, vertes, largement linéaires obtuses, plus courtes que la tige comprimée-trigone assez robuste.
Fleur blanche, grande, ordinairement solitaire, penchée, odorante, sortant d'une spathe univalve, lancéolée, largement membraneuse, au moins aussi longue que le pédoncule.
Périanthe à divisions ovales, multinervées, brusquement contractées en pointe obtuse et verte.
Les six tépales présentent une tâche apicale, verte chez la variété type, jaunâtre chez la variété carpathicum Sims présente dans la partie orientale de sa distribution. Style en massue au sommet.
La nivéole de printemps fleurit deux semaines plus tard que la perce-neige commune. Ainsi, la floraison a lieu non pas au printemps, mais en hiver !.
Capsule en poire, à graines nombreuses, caronculées, à enveloppe pâle membraneuse.
Bois et prairies des montagnes de l'Est, et ca et là dans le Nord, de l'Oise aux Alpes-Maritimes. Europe centrale..
En Belgique, la nivéole de printemps est une plante protégée qu’on rencontre çà et là. Elle n’est toutefois, vraisemblablement indigène qu’en Gaume (Lorraine belge). Dans les régions voisines on la rencontre dans la partie calcaire de l’Eifel (Allemagne).