Famille des Boraginacées

Nom latin : Boraginaceae

Caractéristiques communes : Ce sont des arbres, des arbustes, des plantes herbacées et plus rarement des lianes, producteurs d'huiles essentielles, largement répandus autour du monde. Ils montrent cependant une concentration autour du bassin méditerranéen. Les inflorescences sont toujours des cymes unipares scorpioïdes.

Fleur Caractéristiques
Cynoglosse officinal
(Cynoglossum officinale)
La Cynoglosse officinale ou langue de chien (Cynoglossum officinale) est une plante herbacée bisannuelle grisâtre et mollement pubescente de 30-80 cm, du genre Cynoglossum.
Cette plante, anciennement considérée officinale, est seulement utilisée aujourd'hui en homéopathie pour le traitement de la toux et contre la diarrhée, également utilisée pour le traitement des hémorroïdes. Elle est toxique pour les animaux à sang froid et non pour les mammifères.
Tige robuste, rameuse dans le haut, à poils mous étalés.
Feuilles molles, pubescentes-grisâtres, les inférieures grandes, ovales-oblongues, à nervures latérales distinctes, les supérieures lancéolées, demi-embrassantes. Les feuilles sont âpres et dégagent une forte odeur de souris quand elles sont frottées énergiquement.
Fleurs d'un rouge vineux, non veinées, en grappes allongées nues ou à 1-3 feuilles à la base.
Calice à poils soyeux appliqués.
Corolle dépassant peu le calice.
Carpelles obovales, aplanis et un peu concaves à la face externe, entourés d'un rebord saillant, à épines des faces espacées, sans tubercules.
Inflorescence : racème de cymes unipares scorpioïdes.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : akène, dissémination épizoochore. Les graines possèdent de petits crochets qui se fixent sur la peau des animaux et ainsi permettent leur diffusion.
Floraison : mai - juillet.
Lieux incultes, décombres, dans presque toute la France ; rare dans le Midi et en Corse. Europe, Asie occidentale ; Amérique septentrionale.
Cette plante croît dans les zones tempérées de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord, principalement sur des versants rocailleux, des terrains incultes et aux bords des chemins. En Espagne elle grandit dans les montagnes septentrionales, spécialement dans les Pyrénées.
Grande consoude
(Symphytum officinale)
Appelée aussi Consoude officinale, Oreille d'âne, Langue de vache, Confée, la Grande Consoude est une plante vivace de 40 cm à 1 m, velue-hérissée, à souche épaisse, charnue, non tubéreuse du genre Symphytum.
Étymologie : le terme de "consoude", apparu vers 1265, vient du bas latin consolida dérivé de consolidare « consolider, affermir » en raison de ses vertus de cicatriser les plaies et de consolider des fractures.
Le terme de Symphytum, genre créé par Linné en 1753, vient à travers le latin du grec ???????? sumphuton nom d'une plante aux propriétés cicatrisantes (peut-être la consoude), terme lui-même dérivé de ??????? sumphuto "unir en un tout".
Attention avant la floraison, les feuilles de digitale, très toxiques, pourraient être confondues avec celles de consoude mais au toucher la digitale est laineuse et douce alors que la consoude est rêche.
La consoude est comestible mais attention, il est déconseillé de manger quotidiennement de la consoude. En effet, cette plante contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques toxiques pour le foie à haute dose.
La consoude est utilisée comme engrais végétal en agriculture biologique. Un petit coin de jardin réservé à la Consoude de Russie peut être récolté plusieurs fois par an, procurant une quantité appréciable de matériaux verts riches en matières minérales utilisables de diverses manières (purin, mulch, compost) pour accroître la fertilité du sol et la croissance des plantes.
Les consoudes sont des plantes à haut potentiel nectarifère. Les fleurs sont systématiquement visitées par les bourdons en raison de leur haute attractivité. Ceux-ci percent généralement un trou à la base de la corolle afin d'accéder plus rapidement au nectar. Les abeilles peuvent ensuite en profiter. Sans ce trou, leur langue est trop courte et ne permet pas d'accéder au nectar.
Tige robuste, ailée, rameuse aux aisselles supérieures.
Feuilles épaisses alternes, couvertes de poils raides, ovales-lancéolées, les inférieures plus grandes que les moyennes longuement décurrentes.
Fleurs blanchâtres, rosées ou violettes groupées en cyme scorpioïque unipare au sommet des rameaux.
Calice fendu jusque près de la base, à lobes lancéolés.
Corolle d'environ 15 mm, 2 fois plus longue que le calice, à lobes réfléchis.
Écailles incluses, lancéolées en alène.
Anthères aiguës, un peu plus longues que le filet.
Carpelles lisses, luisants, non contractés au-dessus de la base. Inflorescence : racème de cymes unipares scorpioïdes.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : Mai - Juillet.
Fruit : 4 akènes lisses et brillants. Dissémination : hydrochore.
Prés humides, fossés, bords des eaux, dans presque toute la France. Europe, surtout centrale ; Sibérie occidentale.
Grémil pourpre bleu
(Buglossoides purpurocaerulea)
Le grémil pourpre bleu (Buglossoides purpurocaerulea) est une plante herbacée vivace, rhizomateuse, finement velue, à souche épaisse émettant de longues tiges stériles rampantes et des tiges florifères dressées de 30-60 cm., toutes très feuillées du genre Buglossoides.
Feuilles lancéolées, acuminées, atténuées à la base.
Fleurs pourpres ou bleues, grandes, en grappes s'allongeant après la floraison.
Bractées dépassant peu ou point les fleurs.
Pédicelles bien plus courts que le calice, à lobes filiformes.
Corolle de 14-16 mm., pubescente en dehors et à la gorge.
Étamines insérées sous la gorge.
Carpelles blancs, luisants, ovoïdes-obtus.
Inflorescence : racème de cymes unipares scorpioïdes.
Sexualité : hermaphrodite.
Ordre de maturation : protogyne.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : avril - juin.
Fruit : akène, dissémination : barochore.
Bois, haies, broussailles, surtout des terrains calcaires, dans une grande partie de la France. Europe centrale et méridionale ; Asie occidentale.
Myosotis
(Myosotis)