Famille des Astéracées

Nom latin : Asteraceae

Caractéristiques communes : Les Astéracées ont la caractéristique commune d'avoir des fleurs réunies en capitules, c'est-à-dire serrées les unes à côté des autres, sans pédoncules, placées sur l'extrémité d'un rameau ou d'une tige et entourées d'une structure formée par des bractées florales. Cette structure en forme de coupe ou de collerette est appelée un involucre. La fleur des astéracées est très particulière : les étamines sont soudées par leurs anthères déhiscentes vers l'intérieur. Sous les stigmates sont situées des "brosses à pollen". La croissance rapide du style permet un brossage du pollen et sa récupération. Une fois que le stigmate a traversé le tube formé par les anthères, les stigmates se déplient et exposent leur face gluante au pollen. Il faut penser qu'à ce moment-là, du nectar est sécrété... Les fleurs des astéracées, appelées aussi fleurons, se présentent sous deux formes : des languettes, ou ligules, dans lesquelles les équivalents des pétales sont soudés, généralement par cinq, parfois par trois, reconnaissables seulement aux dents de la languette, et où un pétale prédomine, des tubes terminés par des lèvres imperceptibles ou s'ouvrant plus ou moins largement en cinq lobes. Dans le premier cas on parle de fleurons ligulés, dans le second, de fleurons tubulés. Le capitule peut présenter trois aspects différents : fleurons tous ligulés (chicorée, pissenlit, laitue etc.); fleurons tous tubulés (chardon, cirse, centaurée etc.); fleurons périphériques ligulés entourant un disque de fleurons tubulés (marguerite, aster, séneçon etc.). Les fruits sont des akènes, souvent couronnés d'une aigrette de soies appelée pappus qui favorise la dispersion des graines par le vent.

Caractéristiques courantes : Ce sont essentiellement des plantes herbacées même s'il peut exister des arbres, des arbustes ou des lianes dans cette famille.

Fleur Caractéristiques
Achillée millefeuille
(Achillea millefolium)
Appelée aussi Herbe de la Saint-Jean, Herbe de Saint-Joseph, Herbe à dinde, aux cochers, aux militaires, Herbe aux coupures, Saigne-nez, Sourcil de Vénus, Herbe au charpentier, l'Achillée millefeuille est une plante vivace à racine rampante de 20 - 70 cm du genre Achillea.
Selon Pline, naturaliste romain du premier siècle après J.-C., son nom lui vient d'Achille, héros de la mythologie grecque, qui s'en servit pour guérir ses blessures.
C'est une plante comestible et utiliser en phytothérapie.
Tiges dressées, pubescentes, parfaois laineuses ainsi que les feuilles.
Feuilles molles, à contour oblong-linéaire ou linéaire, bipennatiséquées à segments très nombreux, linéaires, mucronulés, non disposés dans le même plan, à rachis entier, ceux de la base de la feuille égalant le milieu.
Involucre ovoïde, poilu, à folioles bordées d'une marge pâle, brunâtre ou presque noire.
Capitules petits, en corymbe compact.
Fleurs blanches, souvent purpurines, à ligules plus courte que la moitié de l'involucre.
Espèce polymorphe, varie à laciniures des feuilles plus nombreuses, plus rapprochées, plus ténues, presque sétacées avec les fleurs plus petites, d'un blanc sale.
Type d'inflorescence : corymbe de capitules.
répartition des sexes : gynodioïque.
Type de pollinisation : entomogame.
Période de floraison Juin - Septembre.
Type de fruit : akène, dissémination anémochore.
Prés, bois, bords des chemins, partout. Toute l'Europe.
Achillée sternutatoire
(Achillea ptarmica)
Aussi appelée Achillée des marais, Bouton d'argent, Herbe à éternuer, Achillée ptarmique, Passe-pierre, l'Achillée sternutatoire (Achillea ptarmica L.) est une plante vivace à souche ligneuse rampante du genre Achillea.
Difficile de dire si cette plante fait vraiment éternuer comme l'indique son nom, les avis divergent sur ce point : sans doute provoque-t-elle des allergies chez certains, alors que d'autres y sont totalement insensibles.
Tige de 30 - 60 cm, dressée, raide, rameuse supérieurement, striée, glabre ou pubescente dans le haut.
Feuilles alternes raides, glabres ou presque glabres, non ponctuées, sessiles, très allongées, linéaires-lancéolées, régulièrement atténuées de la base au sommet, aiguës, très finement dentées en scie, à dents très rapprochées, mucronées, cartilagineuses.
Involucre hémisphérique, velu, à écailles pourvues d'une marge bleuâtre. L'inflorescence est un corymbe de petits capitules blancs.
Capitules larges de 15 mm de diamètre environ, longuement pédicellés en corymbe lâche. Les ligules à trois dents sont des fleurs femelles, tandis que les fleurons du disque, de couleur beige à verdâtre, sont hermaphrodites.
Fleurs blanches, à ligules égalant au moins la longueur de l'involucre.
Type d'inflorescence: corymbe de capitules.
Répartition des sexes: hermaphrodite.
Type de pollinisation: entomogame, autogame.
Période de floraison: Juillet - Septembre.
Type de fruit: akène. Mode de dissémination anémochore.
Lieux humides, presque toute la France ; manque à la région méditerranéenne. Europe septentrionale et moyenne, Sibérie, Amérique boréale.
Adénostsyle à feuilles d'alliaire
(Adenostyles alliariae)
Adénostyle blanchâtre, Adénostyle à front blanc, l'Adénostyle à feuilles d'alliaire est une plante vivace de 60 - 120 cm à souche brune, écailleuse et rampante.
Adenostyles provient du grec aden : glande et stulos : style ; ce genre regroupe donc des plantes au style glanduleux. Les termes à feuilles d'alliaire et alliariae font référence à la ressemblance des feuilles de cette plante avec celles de l'Alliaire officinale (Alliaria petiolata).
Il est possible de confondre Adenostyles alliariae avec les espèces du genre Petasites dont les feuilles se développent après la floraison. De même, il est possible de confondre Adenostyles alliariae et Adenostyles alpina : celle-ci produit des feuilles radicales glabres sur les deux faces, des feuilles caulinaires sans oreillettes, une tige glabre et ses capitules sont plus étroits et parfois blancs ; enfin, Adenostyles alpina est préférentiellement une espèce de lumière et de milieux moyennement humides à sec, alors que Adenostyles alliariae est plus une espèce de demi-ombre et de milieux humides à très humides.
Tige dressée, rameuse, brièvement pubescente du genre Adenostyles.
Feuilles vertes et glabres en dessus, cotonneuses, grisâtres ou blanchâtres en dessous, les inférieures longuement pétiolées, à limbe très ample, suborbiculaire, profondément cordé à la hase et bordé de grosses dents inégales, les supérieures à pétiole embrassant la tige par deux oreillettes.
Capitules à 3-6 fleurs purpurines formant un grand corymbe compact, terminal.
Inflorescence : corymbe de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Fruit : akène, dissémination anémochore.
Période de floraison Juillet - Août.
Bois, rochers des montagnes ; Vosges, Jura, Bugey, Alpes, Plateau central, Pyrénées, Corse. Europe moyenne et méridionale.
Adénostyle glabre ou Adénostyle des Alpes
(Adenostyles alpina)
L'Adénostyle des Alpes (Adenostyles alpina) également appelée Adénostyle glabre est une plante herbacée.
« Adenostyles » proviendrait du grec Aden : glande et studos : style (style glanduleux). Les termes « alpina » et « glabra » font référence d'une part à son aire de répartition, et d'autre part au côté glabre de ses feuilles.
Aposéris fétide
(Aposeris foetida)
L'Aposéris fétide est une plante vivace à souche épaisse, fibreuse du genre Aposeris.
Les feuilles peuvent se manger crues en salade. Elles ont le goût de frites froides.
Tiges scapiformes de 1-3 dm. peu nombreuses, glabres, simples et monocéphales.
Feuilles toutes radiales, glabres, à contour oblong-lanceolé, pennatipartites à segments réguliers étalés horizontalement ou inclinés en bas, larges, ovales-lancéolés, anguleux, le terminal largement triangulaire.
Involucre glabre à folioles lancéolées.
Fleurs jaunes.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juin – Juillet.
Fruit : Akènes longs de 4 à 4.5 mm ovales et un peu atténués en bec au sommet. Dissémination barochore.
Bois et lieux couverts des hautes montagnes ; Isère, Drôme, Hautes-Alpes, Savoie et Haute-Savoie. Suisse, Italie et Europe centrale.
Armoise vulgaire
(Artemisia vulgaris)
Appelée aussi Anique, Armoise Citronnelle, Artémise, Herbe royale, Remise, l’armoise commune (Artemisia vulgaris) est une vivace, tige de 70 – 120 cm, herbacée, striée, rougeâtre, un peu pubescente, rameuse du genre Artemisia.
Plante connue depuis l'antiquité. Les Gaulois la nommaient « ponema », mais le nom de son genre vient du nom latin de la déesse Artémis, qui avait aussi pour rôle de protéger les femmes malades.
L'Armoise (Artemisia vulgaris) est une analogue de l'Absinthe (Artemisia absinthum). Ainsi présente-t-elle à forte dose un caractère toxique. Plusieurs propriétés lui sont reconnues: tonique, fébrifuge, antispasmodique, vermifuge et stomachique. En infusion, elle régularise le cycle des menstruations à la ménopause. On l'utilise aussi pour soigner les infections urinaires. Mise dans les chaussures, cette plante aurait comme vertu de diminuer la fatigue pendant la marche. Avant, on l'utilisait pour aromatiser la bière et pour farcir la dinde. Elle a un goût amer et sucré.
En médecine chinoise, on l'utilise pour faire des moxas : bâtonnets d'armoise séchée que l'on fait brûler à proximité des points des méridiens pour les chauffer. Ce principe est utilisé en moxibustion et est une alternative à l'acupuncture et l'acupression.
Feuilles pennatipartites ou bipennatipartites, auriculées à la base, à segments assez largement oblongs-lancéolés, aigus, glabres (très rarement blanchâtres, cendrées) en dessus, blanches-tomenteuses en dessous.
Involucre blanc, tomenteux.
Réceptacle glabre ; capitules ovoïdes-oblongs, subsessiles en glomérules sur les rameaux étalés-dressés et formant une grande panicule feuillée.
Fleurs jaunâtres ou rougeâtres.
Inflorescence : épi de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : anémogame.
Floraison : Juillet - Septembre.
Fruit : akène, dissémination barochore.
Lieux incultes, dans toute la France ; Corse. Europe, Sibérie, Afrique septentrionale.
Aster
(Aster alpinus)
Appelée aussi Reine-marguerite des Alpes, l'Aster des Alpes est une plante vivace de 6-25 cm, à tige dressée, simple, pubescente du genre Aster.
Feuilles très entières, pubescentes, les inférieures oblongues-obovales ou spatulées, pétiolées, trinervées, les suivantes lancéolées-oblongues, obtuses, atténuées à la base, les supérieures aiguës.
Involucre à folioles lâches, velues, lancéolées, obtuses, les inférieures apiculées.
Aigrette d'un blanc sale, à soies deux fois plus longues que l'akène.
capitule grand, 35-45 mm. de diamètre, toujours solitaire, terminal.
Ligules de la circonférence violettes ou d'un bleu lilas.
Fleurs du centre tubuleuses, jaunes.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juin - Août.
Fruit : akène, dissémination anémochore.
Rochers, pâturages des montagnes ; Jura, Savoie, Dauphiné, Basses-Alpes Alpes-Maritimes, Cévennes, Lozère, Aveyron, Gard, Hérault, Pyrénées.
Aster fausse pâquerette
(Aster bellidiastrum)
Appelée aussi Fausse Pâquerette, l'Aster fausse pâquerette est une plante vivace de 10 - 30 cm, à tige droite, simple, nue, pubescente.
Feuilles toutes radicales, atténuées en pétiole oblongues-obovales, obovales ou spatulées, pubescentes ou glabrescentes, entières ou dentées à crénelures obtuses, mucronulées.
Involucre pubescent à folioles égales, linéaires-lancéolées, acuminées.
Réceptacle conique.
Capitule grand, solitaire, terminal.
Ligules blanches ou purpurines une fois plus longues que les fleurs du centre tubuleuses, jaunes.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Mai - Juillet.
Fruit : akène, dissémination anémochore. Akènes petits, marginés à aigrette blanche.
Clairières des bois, pâturages herbeux des montagnes ; Jura, Bugey, Savoie, Dauphiné, Basses-Alpes, Var, Alpes-Maritimes. Europe centrale.
Carline acaule
(Carlina acaulis)
Appelée aussi Gardabelle, Carline des Alpes, la Carline acaule (Carlina acaulis) est une plante vivace montagneuse, d'aspect coriace et luisant, à tige nulle, atteignant 30 cm, simple et monocéphale arrondie, non ailée aux capitules argentés du genre Carlina.
Le capitule se referme lorsque le temps est humide ou pluvieux. Ce phénomène est censé servir de baromètre pour prévoir le temps à court terme.
Feuilles pétiolées, glabres pennatiséquées à segments épineux.
Capitule très gros.
Involucre à folioles extérieures foliacées, épineuses, les moyennes pectinées, les intérieures linéaires-lancéolées rayonnantes d'un blanc argenté, brunâtres à la base.
Type d'inflorescence : capitule simple.
répartition des sexes : hermaphrodite.
Type de pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Août - Septembre.
Akène, dissémination anémochore. Akènes oblongs couverts de poils jaunes apprimés.
Pâturages montagneux ; Alsace, Vosges, Jura, Aube, Bourgogne, Loire, Bugey, Lyonnais, Dauphiné, Vaucluse, Var, Alpes-Maritimes, Pyrénées. Espagne, Italie, Europe centrale.
Chardon décapité
(Carduus defloratus)
Appelé aussi Chardon à pédoncules nus, le Chardon décapité est une plante vivace de 30 - 60 cm, dressée, simple ou bi-trifurquée, glabre intérieurement, pubescente et longuement nue supérieurement du genre Carduus.
Feuilles glabres, un peu glauques en dessous, sinuées-pennatifides, à segments étalés, distants, lobés, ciliés-spinuleux, à dècurrence étroitement ailée interrompue.
Capitules médiocres, solitaires, très longuement pédonculés.
Involucre globuleux, à folioles finement pubescentes, dressées, carénées au sommet, étroitement lancéolées-linéaires, obtusinscules, mutiques ou mucronulées, non épineuses.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Fruit : akène, dissémination anémochore.
Floraison : mai - août.
Bois et pâturages des montagnes ; Jura, Bourgogne, Bugey, Savoie, Haute-Savoie, Dauphiné, Alpes-Maritimes Pyrénées. Suisse et Europe centrale.
Chardon penché
(Carduus nutans)
Appelé aussi Chardons aux ânes, Cardinal, le Chardon penché (Carduus nutans) est une plante bisannuelle de 50 - 10cm, largement ailée-épineuse et brièvement nue sous les capitules, ordinairement très rameuse du genre Carduus.
Le chardon penché est une mauvaise herbe typique des friches récentes et des bords de champs labourés. Il s'établit au printemps et forme la première année une rosette de feuilles aplatie au sol (qui de ce fait résiste au fauchage dans les prairies) et n'émet sa tige florifère que la seconde année.
Racine pivotante assez développée.
Feuilles aranéeuses en dessous, décurrentes, pennatifides, à segments lobés, anguleux, fortement épineux.
Fleurs, rose pourpre, parfois blanches, tubulées stamino-pistillées, réunies en capitules.
Capitules subglobuleux, pédonculés, ordinairement penchés, très gros, atteignant 3-5 cm. de diamètre.
Involucre aranéeux, à folioles assez largement lancéolées-triangulaires, pliées au-dessous du milieu et réfractées ou étalées en étoile, terminées par une forte épine.
Type d'inflorescence : racème de capitules ou capitule simple.
Répartition des sexes : hermaphrodite.
Type de pollinisation : entomogame, autogame.
Période de floraison : juillet à septembre.
Type de fruit : akène, dissémination anémochore.
Lieux incultes, fiords des chemins dans toute la France. Europe, Asie Mineure, Siberie, Himalaya.
Chicorée sauvage
(Cichorium intybus)
Appelée aussi Chicorée amère, la chicorée sauvage (Cichorium intybus) est une plante herbacée vivace de 50 - 100 cm, dressée, très rameuse à rameaux raides, divergents, plus ou moins pubescente-hispide ou glabrescente ainsi que les feuilles du genre Cichorium.
Elle est à l'origine de la Barbe de capucin, des chicorées à café et des endives ou chicons, des chicorées italiennes (de Trévise, radicchio...).
Feuilles de forme variable, les inférieures ordinairement roncinées, les suivantes lancéolées, entières, embrassantes, réduites à des bractées dans l'inflorescence.
Capitules solitaires, terminaux ou sessiles et axillaires au nombre de 1-3.
Akènes couronnés de très petites écailles obtuses.
Fleurs assez grandes, bleues. Polymorphe.
Type d'inflorescence : racème de capitules.
répartition des sexes : hermaphrodite.
Type de pollinisation : entomogame, autogame.
Période de floraison : Juillet - Septembre.
Type de fruit : akène, dissémination barochore.
Bords des chemins, friches vivaces dans toute la France ; Corse. Europe et Asie.
Cirse des champs
(Cirsium arvense)
Le Cirse des champs est une plante vivace de 50 - 100 cm, dressée, rameuse supérieurement, non ailée, glabre ou presque glabre se multipliant rapidement par ses stolons du genre cirsium.
Feuilles caulinaires sessiles, quelquefois légèrement décurrentes, blanchâtres-aranéeuses en dessous ou vertes et glabres sur les deux faces, oblongues-lancéolées, pennatifides ou pennatipartites, à bords ciliés-épineux.
Involucre ovoïde ou subcylindrique, glabre ou a peu près, à folioles moyennes et extérieures lancéolées, aiguës, dressées, à pointe un peu étalée.
Capitules petits, unisexués, en panicule corymbiforme.
Fleurs purpurines.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juillet - Septembre.
Fruit : akène. Dissémination anémochore.
Champs, lieux incultes dans toute la France, Corse. Presque toute l'Europe, Asie Mineure, Sibérie, Chine, Japon.
Cirse épineux
(Cirsium spinosissimum)
Appelé aussi, Cirse dit très épineux, le Cirse épineux (Cirsium spinosissimum) est une espèce de plante vivace de 20 - 40 cm, dressée, simple, presque glabre, très feuillée jusqu'au sommet, non ailée du genre Cirsium.
Feuilles glabrescentes, oblongues-lancéolées, pennatipartites à segments ovales, épineux à épines fines mais vulnérantes, les inférieures pétiolées, les caulinaires embrassantes, auriculées.
Involucre ovoïde à folioles linéaires-lancéolées atténuées en épine triquètre un peu étalée, aussi longue que la foliole.
Capitules agglomérés, longuement dépassés par les feuilles florales, pâles, pennatifides, épineuses, à fleurs blanchâtres ou jaunâtresv Lieux humides, bords des ruisseaux des hautes montagnes : Savoie, Haute-Savoie, Dauphiné, Alpes-Maritimes. Suisses, Italie, Tyrol, Carinthie, Styrie.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juillet - Août.
Fruit : akène, dissémination anémochore
Cirse laineux
(Cirsium erophorum)
Appelé aussi Cirse aranéeux, Cirse porte-coton, le cirse laineux (Cirsium eriophorum) est un plante bisannuelle de 50 - 150 cm, dressée, robuste, pubescente, non ailée, rameuse appartenant au genre Cirsium.
Feuilles blanches-tomenteuses en dessous, vertes et couvertes de petites épines en dessus, les caulinaires embrassantes et auriculées, non décurrentes, pennatipartites à segments épineux lancéolés.
Involucre fortement laineux, à folioles moyennes et intérieures lancéolées terminées par une longue pointe étalée, linéaire, élargie et spatulée au sommet brusquement mucroné Capitules globuleux, très gros, à fleurs purpurines, non dépassées par les folioles involucrales extérieures.
Type d'inflorescence : capitule simple ou racème de capitules.
Répartition des sexes : hermaphrodite.
Type de pollinisation : entomogame, autogame.
Période de floraison : juillet-août.
Type de fruit : akène, dissémination anémochore. Akènes tachés de linéoles noires.
Lieus incultes, bords des chemins dans toute la France. Europe moyenne et méridionale.
Cirse vulgaire
(Cirsium vulgare)
Appelé aussi Cirse commun, Cirse lancéolé, Cirse à feuilles lancéolées, le Cirse vulgaire est une plante bisannuelle de 50 -150 cm, droite, ailée-épineuse, rameuse à ailes larges, lobées-épineuses du gnre Cirsium.
Feuilles caulinaires très longuement décurrentes, pennatipartites, à segment terminal lancéolé, vertes sur les deux faces, couvertes en dessus de petites épines apprimées.
Involucre un peu aranéeux à folioles étalées-dressées, linéaires-lancéolées, insensiblement atténuées en pointe épineuse.
Capitules ovoïdes pédonculés.
Fleurs purpurines.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Fruit : Akènes oblongs, comprimés. Dissémination anémochore.
Floraison : Juin - Septembre.
Lieux incultes, bords des chemins dans toute la France ; Corse. Europe, Asie Mineure, Algérie.
Crépide orangée
(Crepis aurea)
Plante herbacée hémicryptophyte de 5 à 30 cm de haut.
Tige ordinairement solitaire de 1-2 dm, dressée, glabre, poilue et même glanduleuse au sommet, monocéphale Feuilles toutes radicales, en rosette, glabres, brièvement pétiolées, oblongues ou oblongues-obovales, dentées ou pennatifides.
Involucre couvert de longs poils noirs flexueux. Fleurs d'un jaune orange. Floraison Juillet-août.
Écologie Pâturages des hautes montagnes : Jura, Savoie, Haute-Savoie, Isère, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes.
Répartition Suisse, Apennins et toutes les Alpes de l'Europe centrale.
Doronic à grandes fleurs
(Doronicum grandiflorum)
Appelé aussi Arnica à racines noueuses, Herbe aux chamois, le doronic à grande fleurs est une plante vivace de 10-35 cm à tige simple, parsemée de soies courtes du genre Doronicum.
Utilisé Utilisée pour parfumer les fromages et comme ersatz de tabac.
Feuilles brièvement hispides, dentées tout autour, les inférieures pétiolées, ovales, obtuses, à limbe tronqué ou corde à la base, les moyennes rétrécies en pétiole fréquemment ailé, embrassant la tige par deux oreillettes entières ou incisées, les supérieures ovales-lancéolées, sessiles, embrassantes.
Involucre à folioles linéaires, acuminées, ciliées-glanduleuses.
Capitule à fleurs jaunes, grand, solitaire, rarement 2 ou3 capitules terminaux.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Floraison : juillet - août.
Akènes velus, ceux de la circonférence glabres. Dissémination épizoochore.
Rochers, éboulis des hautes montagnes de 1300 à 2900 mètres ; Dauphiné, Savoie, Haute-Savoie, Basses-Alpes, Alpes-Maritimes, Pyrénées ; Corse. Espagne, Suisse, Europe centrale.
Épervière piloselle
(Hieracium pilosella)
Appelée aussi Piloselle, l’Épervière piloselle est une plante vivace à souche émettant des stolons allongés, feuillés du genre Hieracium.
Hieracium dérive du grec ancien Hierax, épervier, en raison d'une croyance populaire qui voulait que ces oiseaux en buvaient le suc afin de fortifier leur vue. Le nom de Piloselle se rapporte aux nombreux poils dont la plante est revêtue.
Cette espèce résiste à la concurrence malgré sa petite taille car elle libère dans le sol des produits toxiques pour les autres plantes. A tel point qu'il arrive qu'elle s'empoisonne parfois elle-même et doit attendre que la pluie nettoie le sol pour pouvoir repousser.
Pédoncule radical de 10 - 30 cm dressé, nu, pubescent, monocéphale.
Feuilles entières, oblongues-lancéolées ou oblongues-obovales, blanchâtres-tomenteuses en dessous, hérissées de soies sur les deux faces, toutes en rosette radicale.
Involucre à folioles pubescentes, souvent glanduleuses.
Capitule médiocre à fleurs jaunes, ligules de la circonférence purpurines en dessous.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : apogame.
Floraison : Mai - Septembre.
Fruit : akène blanc grisâtre, surmonté d'une aigrette simple, molle et soyeuse, composée de soies d'égale longueur. Dissémination anémochore.
Lieux secs, coteaux partout en France ; Corse. Europe, Orient, Afrique septentrionale.
Eupatoire chanvrine
(Eupatorium cannabinum)
Appelé aussi Pantagruélion aquatique, l'Eupatoire à feuilles de chanvre ou Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum) est une plante vivace de 60 - 120 cm possédant un court rhizome du genre Eupatorium.
Étymologie : le terme eupatoire créé au XVe siècle, vient du latin impérial eupatoria (herba) identifié comme l'« aigremoine eupatoire » .
Il s'agit d'une plante mellifère qui est appréciée des papillons.
Tige dressée, simple ou rameuse, souvent rougeâtre, pubescente.
Feuilles opposées à 3-5 segments pétiolulés, lancéolés, dentés (quelquefois les supérieures simples), glanduleuses en dessous, rappelant la feuille de cannabis. Parfois, les feuilles supérieures sont simples, lancéolées.
Involucre à folioles intérieures scarieuses, oblongues-linéaires, très obtuses, les extérieures ovales.
Capitules purpurins, en corymbe rameux, terminal, compact en têtes pourprées aux fleurons blancs, rosés ou purpurins.
Type d'inflorescence: racème de capitules.
Répartition des sexes: hermaphrodite.
Type de pollinisation: entomogame, autogame.
Période de floraison: Juillet - Août.
Type de fruit: akène avec le calice adhérent (cypselae) de 2-3 mm et une aigrette de 20-30 poils de 3-5 mm. Mode de dissémination: anémochore.
Bois et lieux humides jusqu'à 1 700 mètres d'altitude, bords des eaux, marais dans toute la France, Corse. Europe, Asie Mineure, Afrique septentrionale.
Gnaphale couché
(Gnaphalium supinum)
Plante à souche vivace, stolonifère.
Tiges de 3-8 cm cespiteuses, couchées ou ascendantes, subfiliformes, simples, blanches-tomenteuses Feuilles étroitement linéaires ou linéaires-lancéolées, blanches-tomenteuses sur les deux faces, uninervées.
Involucre cotonneux à la base, à folioles scarieuses, roussâtres, les extérieures ovales dépassant la moitié de sa longueur, les intérieures oblongues-lancéolées.
Capitules peu nombreux (ordinairement 2-6), subsessiles en petite grappe, réduite parfois à un seul capitule terminal (var. PUSILLUM Willk.).
Écologie Pelouses, pâturages des hautes montagnes : Puy-de-Dôme, Jura, Savoie et Haute-Savoie, Dauphiné, Basses-Alpes, Alpes-Maritimes, Pyrénées ; Corse.
Répartition Europe centrale et septentrionale, Apennins.
Floraison Juillet-septembre.
Gnaphale de Hoppe
(Gnaphalium hoppeanum)
Plante vivace à tiges de 3-14 cm solitaires ou peu nombreuses, non étalées-cespiteuses, dressées ou ascendantes, simples, subfiliformes, blanches-tomenteuses.
Feuilles lancéolées, en forme de fer de lance, atténué aux deux bouts, plus longuement au sommet : feuilles du Laurier, du Polygone.-linéaires, blanches-tomenteuses sur les deux faces, obscurément trinervées.
Involucre laineux à la base, à folioles brunes, scarieuses au sommet et sur les bords, luisantes, les extérieures ovales, n'atteignant que le tiers de sa longueur, les intérieures lancéolées.
Capitules subsessiles, peu nombreux, ordinairement 3-8 en grappe serrée, terminale.
Écologie Pâturages très élevés des montagnes ; Hautes-Alpes, Basses-Alpes, Drôme.
Répartition Suisse, Tyrol, Autriche, Carinthie, Transylvanie.
Floraison Juillet-septembre.
Gnaphale des forêts
(Gnaphalium sylvaticum)
Appelé aussi Gnaphale des bois, Perlière des bois, le Gnaphale des forêts est une plante vivace à tiges de 20 - 60 cm, dressées ou ascendantes, simples, solitaires ou peu nombreuses, blanches-tomenteuses du genre Omalotheca.
Feuilles caulinaires sessiles, décroissantes, étroitement oblongues linéaires, uninervées, blanches-tomenteuses en dessous, vertes ou verdâtres en dessus, les inférieures et celles des rosettes plus larges, longuement atténuées à la base.
Involucre à folioles scarieuses, bordées de brun.
Capitules en grappe raide, très allongée ou en panicule spiciforme étroite, réunis en fascicules peu fournis à l'aisselle des feuilles linéaires, très étroites, qui les accompagnent jusqu'au sommet.
Inflorescence : épi de capitules.
Sexualité : gynodioïque.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Fruit : akène, dissémination barochore.
Bois secs lies terrains siliceux ; toute la France. Europe, Sibérie, Amérique septentrionale.
Homogyne des Alpes
(Homogyne alpina)
L'Homogyne des Alpes est une plante vivace de 10-30 cm à tige dressée, simple, pourvue de quelques écailles ovales-lancéolées, les inférieures parfois foliiformes à pétiole élargi, embrassant du genre Homogyne.
Feuilles radicales paraissant en même temps que les fleurs, glabres en dessus, pubescentes en dessous, à limbe orbiculaire, petit, ne dépassant pas 4 cm. de diamètre, denté.
involucre à folioles intérieures oblongues, obtuses, purpurines.
Fleurs rougeâtres réunies en capitule solitaire terminant la tige.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : akène, dissémination anémochore.
Floraison : juin - juillet.
Pelouses, pâturages des hautes montagnes ; Jura, Loire, Alpes du Dauphiné, de la Savoie, Alpes-Maritimes, Pyrénées. Espagne, Suisse et Europe centrale.
Laitue vivace
(Lactuca perennis)
La laitue vivace (Lactuca perennis) est une plante herbacée vivace à tiges de 25-50 cm, dressées, glabres, rameuses du genre Lactuca.
Feuilles glabres, profondément pennatipartites, souvent roncinées, à segments oblongs ou presque linéaires, anguleux ou entiers, les radicales pétiolées, les caulinaires embrassant la tige par deux oreillettes arrondies.
Fleurs bleues ou violacées.
Capitules longuement pédicellés en particule corymbiforme étalée.
Type d'inflorescence: racème de capitules.
répartition des sexes: hermaphrodite.
Type de pollinisation: entomogame.
Période de floraison: mai à juillet.
Akène d'un beau noir, finement ridés en travers, oblongs-fusiformes, à côtes très visibles, longs de 13-14 mm environ, avec le bec à peu près aussi long qu'eux ou plus long, dissémination anémochore.
Friches, Rochers, coteaux, champs pierreux, surtout calcaires. dans presque toute la France. Europe moyenne et méridionale.
Marguerite
(Leucanthemum vulgare)
Pâquerette
(Bellis perennis)
La pâquerette (Bellis perennis) est une plante à souche vivace des prairies de 10 à 20 cm., du genre Bellis.
Tige de 5-15 cm. scapiforme, simple et nue, pubescente.
Feuilles toutes radicales en rosette, à la fin glabrescentes, à limbe obovale-spatulé, uninervé, superficiellement crénelé, nettement pétiolées.
Involucre pubescent à folioles lancéolées.
Achaines petits, velus, obovales, fortement marginés.
Capitule solitaire, terminal, de 2 cm. de diamètre environ.
Fleurs du centre jaunes, tubuleuses, celles de la circonférence ligulées à ligules blanches ou purpurines, oblongues-linéaires, une fois plus longues que l'involucre.
Elles ont la particularité, comme certaines autres fleurs d'herbacées, de se fermer la nuit et de s'ouvrir le matin pour s'épanouir au soleil ; elles peuvent aussi se fermer pendant les averses, voire un peu avant, ce qui permet dans les campagnes de prédire la pluie légèrement à l'avance.
Inflorescence : capitule simple.
Sexualité : gynodioïque.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Akène qui s'envolent grâce au vent et dégagent des odeurs qui attirent les insectes.Dissémination barochore.
Couleur dominante des fleurs : blanc, jaune, rose.
Floraison : mars à novembre.
Usage médicinal
En phytothérapie, la pâquerette est souvent utilisée pour lutter contre l'hypertension et l'artériosclérose (utilisation des fleurs et des feuilles). En infusion, une cuillère par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes, 3 tasses par jour.
Pelouses, prés, bords des chemins dans toute la France. Europe, orient.
Pétasites
(Petasites hybridus)
Le grand pétasite ou pétasite hybride est une plante herbacée vivace de 20-50 cm. du genre Petasites, géophytes à rhizome (lui permettant de passer l'hiver).
Tige dressée, garnie d'écailles foliacées, demi-embrassantes, celles de la grappe larges, ovales-lancéolées.
Feuilles toutes radicales, paraissant après les fleurs, longuement pétiolées, pubescentes, grisâtres en dessous, très amples atteignant 50 cm. de largeur, réniformes où suborbiculaires.
Échancrure du limbe limites par une forte nervure.
Involucre à folioles très obtuses.
Capitules à fleurs rougeâtres en grappe serrée, oblongue.
Inflorescence : épi de capitules.
Sexualité : dioïque.
Pollinisation : entomogame.
Fruit : akène, dissémination anémochore.
Couleur des fleurs : rose.
Plante invasive.
Mégaphorbiaies. Bords des rivières, des ruisseaux dans presque toute la France. Europe, Perse, Sibérie.
Pied de chat
(Antennaria carpatica)
Le Pied de chat des Carpates (Antennaria carpatica), également appelée Antennaire des Carpates, est une espèce de plante vivace à souche dépourvue de stolons ou à rejets dressés, cotonneuse, verdâtre ou blanchâtre herbacée du genre Antennaria.
Le Pied de chat des Carpates mesure de 10 à 20 cm de haut (exceptionnellement 25 cm). La tige est dressée, simple. Contrairement au Pied de chat dioïque, elle ne forme aucun stolon.
Feuilles vert clair laineux, cotonneuses sur les deux faces, les inférieures lancéolées-oblongues, suraiguës, les caulinaires lancéolée, étroites, lâchement dressées.
Involucre à folioles poilues, brunes, les extérieures largement oblongues, arrondies au sommet, les intérieures lancéolées-linéaires.
Elle forme une hampe florale non ramifiée, d'un blanc feutré laineux. De deux à six capitules bruns pédonculés ou subsessiles se développent sur la tige.
Floraison de juillet à septembre.
Inflorescence : épi de capitules.
Sexualité : hermaphrodite, dioïque.
Pollinisation : apogame.
Akène, dissémination anémochore. .
Antennaria carpatica se développe en Europe dans les Alpes, les Pyrénées et les Carpates et progresse de 1400 à 3200 m d'altitude. Elle affectionne les sols faiblement acides, pâturages, rochers des hautes montagnes, les situations sèches et exposées de vent (arêtes balayées par le vent et la neige).
Savoie et Haute-Savoie, Dauphiné. Basses-Alpes, Apes-Maritimes, chaîne des Pyrénées. Alpes de la Suisse et de l'Europe centrale, Norvége, Laponie. Elle est originaire des montagnes européennes.
Séneçon des Alpes
(Senecio alpinus)
Le Séneçon des Alpes est une plante vivace à tige de 40 - 60 cm dressée, glabre ou glabrescente, fortement striée, rameuse au sommet du genre Senecio.
Feuilles toutes pétiolées, même les supérieures à pétiole parfois appendiculé, s'élargissant du sommet à la base, à limbe assez ample, ovale-corde, profondément crénelé-denté, glabres en dessus, pubescenles-grisâtres et un peu aranéeuses en dessous, les supérieures plus petites, lancéolées ou ovales, contractées à la base.
Involucre à folioles lancéolées-acuminées.
Fleurs jaunes.
Inflorescence : corymbe de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juillet - Août.
Fruit : akène glabres. Dissémination anémochore.
Pâturages, bords des bois des hautes montagnes ; Vosges, Haute-Savoie. Suisse, Italie, zone alpine de l'Europe centrale.
Séneçon Doronic
(Senecio doronicum)
Le Séneçon Doronic (Senecio doronicum) est une espèce de plante vivace de 25-60 cm du genre Senecio.
Elle tirerait son nom de l'arabe dorogini : plante vénéneuse indéterminée.
Plante vivace de 25 à 60 cm.
Toute la plante est inodore.
Sa tige est dressée et peu feuillée.
Ses feuilles sont entières, dentées, alternes, épaisses, plus ou moins velues. Les basales sont longuement pétiolées, les caulinaires sessiles et embrassantes.
Pollinisée par les insectes et dispersée par le vent.
Ses capitules (1, 2 ou 3) sont grands et jaune orangé.
Les bractées de l'involucre sont disposées sur un seul rang. Floraison : juin à septembre.
Fruit (akène) glabre, aigrette 2 fois plus longue que l'akène.
Senecio doronicum est assez commune dans le Jura, les Alpes, le Massif central, les Pyrénées et les Corbières. Elle se déploie de l'étage montagnard à la base de l'étage alpin (de 1200 à 2500 m) mais est optimum l'étage subalpin.
Séneçon jacobée
(Senecio jacobaea)
Le séneçon de Jacob (Jacobaea vulgaris) encore appelé séneçon Jacobée est une espèce de plante herbacée, vivace ou bisannuelle.
Son nom scientifique accepté fut longtemps Senecio jacobaea L. mais des travaux, notamment ceux de Pieter Pelser & Ruud van Meijden en 2005, tendent à prouver que cette espèce et d'autres font bien partie d'un genre, Jacobaea, distinct de Senecio.
On trouve sur les littoraux européens une sous-espèce dunuensis dont chaque pied abritait autrefois souvent des dizaines de chenilles du papillon Tyria jacobaeae (écaille du Séneçon jacobée).
Le séneçon jacobée est une plante vivace (hémicryptophyte), à souche courte, fibreuse et dont la tige de 40 cm à 15 cm de haut, se dresse, droite, rameuse au sommet.
Les feuilles ordinairement glabres, profondément pennatipartites, divisées en segments presque égaux, oblongs-obovales, lobés ou crénelés. Les feuilles basales sont lyrées et portées par un pétiole. Elles sont généralement flétries à la floraison. Les supérieures sont à oreillettes embrassantes, sessiles.
Les capitules sont groupés en corymbe ombelliforme. Ils font de 15 à 25 mm de large. L'involucre est formé de folioles tachées de brun. Les fleurs jaunes sont bisexuées ou unisexuées. La plante fleurit en pleine été.
Le fruit est un akène avec une aigrette de poils blancs de 4 mm.
Solidage verge d'or
(Solidago gigantea)
Le solidage géant ou Verge d'or géante (Solidago gigantea) est une plante à fleurs du genre des Solidages et de la famille des Astéracées.
Plante vivace de 100 - 150 cm à tige droite, glabre, très feuillée.
La taille du solidage géant ne dépasse généralement pas 120 cm. Il est plus petit que le solidage du Canada. Le solidage géant a une tige glabre jusqu'au niveau des fleurs, souvent rougeâtre, alors que la tige du Solidage du Canada est verte dorée et poilue.
Le solidage géant est une espèce fortement invasive.
Feuilles glabres, finement dentées dans leur moitié inférieure, lancéolées-acuminées, trinervées, brièvement pétiolées, les supérieures lancéolées-linéaires.
Involucre à folioles linéaires.
Capitules très petits, 4-5 mm de largeur, d'un beau jaune, en grappes unilatérales étalées et arquées, en panicule courte et compacte, terminale.
Ligules de la circonférence courtes, oblongues-linéaires.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Fruit : akène. Dissémination anémochore.
Sables et oseraies, bords des rivières, fréquemment naturalisée ; originaire de l'Amérique septentrionale.
Tussillage
(Tussilago farfara)
Appelée aussi Pas d'âne (allusion à la forme de sabot de ses feuilles).
C'est la seule espèce encore acceptée du genre Tussilago. Elle fait partie des plantes pectorales les plus utilisées en phytothérapie.
Elle est typique des sols instables riches en base.
Tussilago farfara est une plante vivace de 10 à 30 cm, géophyte dont la souche est composée de rhizomes très courts. Le tussillage est une espèce pionnière.
Les feuilles sont toutes basales, pétiolées et polygonales, montrant un feutrage blanc à la face inférieure et un vert clair sur la face supérieure. Ces feuilles peuvent atteindre 20 cm de diamètre. Elles apparaissent après la floraison, et feuilles et fleurs ne sont pas présentes en même temps.
Cette plante fleurit bien avant la feuillaison, cette particularité lui a valu d'être autrefois appelée, Filius ante patrem, le "fils avant le père".
Les fleurs, capitules jaunes solitaires de 12-15 mm de diamètre, sont dressées sur des hampes aux écailles pourprées, demi-embrassantes et couvertes de poils cotonneux. Les hampes se penchent après la floraison.
La floraison apparait de février à avril, avant la feuillaison. Pollinisée par les insectes, elle est ensuite dispersée par le vent. « Tussilago » provient du latin tussis, "toux" et de agere, "chasser" (allusion à ses vertus médicinales).
Vergerette annuelle
(Erigeron annuus)
La Vergerette annuelle est une plante bisannuelle de 30 - 100 cm, à tige dressée, rameuse au sommet, glabresente du genre Erigeron.
Feuilles radicales longuement péliolées, presque glabres, obtuses, à limbe obovale pourvu de dents grosses, obtuses, écartées, les caulinaires inférieures rétrécies en pétioles, lancéolées, à dents écartées, les supérieures entières, lancéolées, aiguës.
Involucre à folioles presque égales, lancéolées, très aiguës, poilues, scarieuses sur les bords.
Soies de l'aigrette blanches, dimorphes.
Capitules en grappes corymbiformes.
Ligules blanches dépassant beaucoup les fleurs du centre jaunes, tubuleuses.
Inflorescence : racème de capitules.
Sexualité : hermaphrodite.
Pollinisation : entomogame, autogame.
Floraison : Juillet - Août.
Fruit : akène. Dissémination anémochore.
Alluvions, bords des rivières, champs ; espèce originaire de l'Amérique septentrionale, complètement naturalisée en Alsace-Lorraine, Vaucluse, Isère.
Vergerette négligée
(Erigeron neglectus)
Plante hémicrytophyte de la famille des astéracées.
Fleurs ligulées lilas à pourpre. Entre les fleurs tubuleuses et les ligulées des fleurs femelles intermédiaires.